Février… Les foulées de Vincennes.

Dimanche 5 février 2017, première course officielle de l’année. J’ai décidé, si possible d’en faire une par mois. Oui je sais, l’année commence en Janvier…mais rien de grave, pour moi ça sera en Février 😉.

Les entraînements n’étaient pas trop réguliers, si ce n’est inexistants. La reprise de la vie de famille prend du temps. Entre les repas, le ménage, les courses, le kiné sans oublier la reprise des cours et du travail.

Bref, dix jours avant la course, je décide de ne pas rendre copie blanche. Mais no stress, le principe étant de prendre du plaisir ! Je me suis remise à suivre l’entraînement en suivant le livre du « Running pour les paresseuses » qui me va très bien. J’y vais à mon rythme, doucement mais sûrement.

Les foulées de Vincennes se feront avec de bonnes sensations. Je ne pars avec aucun chrono en tête, le plus important pour moi est d’apprécier le moment et de réussir à tenir debout sans tomber, parmi tout ce monde. Y participer est déjà énorme. Un an avant je n’aurais même pas parier sur moi !

La veille, je dois aller chercher mon dossard, histoire de faire un état des lieux et de m’imprégner de l’ambiance. Lylia qui fait douze heures de voyage, m’a chargée de prendre le sien. Alors en fin de journée, malgré la pluie et le vent, je sors de chez moi afin d’accomplir mon devoir.

En arrivant sur le stand, mon cœur palpite. Je prends le dossard de Lylia. Le mien reste introuvable. Ca dure au moins trente minutes. Mais je ne lâche rien, je veux la faire cette course. On me demande plusieurs fois si je ne suis pas venue avant, si quelqu’un n’est pas passé pour moi, si… ? Non, non et non…

Avant, j’aurai pensé à un mauvais signe. Mais là, hors de question, j’ai un planning à tenir. Courir tous les mois ! On me donne alors un autre dossard, ça y est le premier sésame est en ma possession. Histoire de me vider la tête, avec ma sœur on va au cinéma voir un film bien marrant.

Ma nuit est assez agitée, je lis très tard. Je me lève tôt et me prépare sans stress, ou presque. Je sors enfin de chez moi pour rejoindre Lylia et son frère Luc, première rencontre tous les trois. On prend le tram et le métro, dans lequel on se trompe de direction, ça commence bien !

wp-image-1472525888jpg.jpg
Lylia et Luc, matondo!

Arrivés sur les lieux, il n’y a pas encore trop de monde. Il pleut des cordes. Ce qui me fait un peu peur, il faudra éviter la glissade.

Il fait froid, il y a du vent. Je rejoins mon amie Alexandra, toujours présente sur tous les fronts. On rencontre Fériel qui vient de terminer sa course sur dix kilomètres. Elle nous invite à prendre un bon chocolat chaud, ce qui nous permet de faire connaissance et de me détendre.

Le temps passe vite, c’est déjà le moment de partir. Une dernière bise à mon Alex, qui me donne les dernières recommandations. Faire attention aux endroits qui glissent et à mon équilibre, je lui confie mon ami le bâton. Pour une fois ça sera sans lui (mon bâton) et sans elle (mon Alex) .

wp-image-1779250820jpg.jpg
Alex un jour, Alex toujours !

Lylia, Luc et moi nous mettons dans la file de départ. Je ne sais toujours pas si je vais trottiner ou marcher, ça s’embrouille dans ma tête. Le coup d’envoi est donné, on décolle, finalement, je trottine. La foule m’entraîne, je suis trop heureuse.

Les premiers mètres sont difficiles, le point de côté que je redoute tant se pointe, je respire, mais ça ne passe pas. Je pense que c’est à cause du stress. Mes pensées vont à Damien mon coach qui s’inquiète souvent sur ce point. Lylia et Luc me prodiguent leurs conseils. Je ne pense plus, je cours seulement, la pression redescend et le point de côté commence à diminuer.

Les minutes avancent, Lylia prend les choses en main. À chaque kilomètre,  on marchera une minute me dit-elle. Pour moi, ça semble jouable. Je ne regarde même pas le temps sur ma montre. Je prends un réel plaisir, même si nous sommes en dernière position et que les autres coureurs font déjà leur deuxième tour. Les quelques souffrances du début commencent à passer. On enfile les kilomètres. Je n’y crois pas, ça passe trop vite à mon goût.

Le moment de se séparer arrive bientôt, ils vont continuer sur le 10km. Je vais devoir terminer toute seule, comme une grande.

Je tiens le bon bout.  J’aperçois un chrono en gros juste en face de moi, je ne comprends pas très bien. Est-ce déjà l’arrivée ? Je ne pense pas. Il doit y avoir une erreur, il affiche 43 minutes, je trouve ça incroyable.

Mais c’est bien la réalité, je suis en train de franchir la ligne d’arrivée en trottinant. J’attendais ce moment depuis novembre 2015. Mes jambes ont été fidèles.

Je récupère mon second sésame, ma médaille. 

20170213_224148.jpg
Elle est bien méritée cette médaille !

Je ne sais pas si je vais continuer à progresser ou rester ainsi, mais ce n’est pas grave. Depuis le premier jour où je me suis retrouvée clouée sur ce lit et enfermée dans ce corps, je ne rêvais que d’une chose « courir »,  sans passer par la case « marcher ».

À la fin de la course, je rencontre enfin Virginie, Véronique et Jean-Pierre, sans oublier le célèbre speaker Steve Kondo  qui ambiance les événements sportifs à la perfection. Il sait nous remotiver et nous faire danser même dans la douleur.

Véro, Lylia et Virginie !

 

Eh haut Jean-Pierre, en bas le célèbre Speaker Steve KONDO

Ce premier challenge de l’année a été atteint, et j’en remercie mon Alex adorée qui a bravé, pluie et vent pour venir m’attendre à l’arrivée. Des lièvres géniaux et admirables, comme Lylia et Luc. Les belles personnes existent encore, je le confirme.

 

Première course bouclée, dans la joie, la bonne humeur et sous le signe de belles rencontres !
wp-1487022009369.png

Si cela est possible, je vais mettre des projets atteignables en place et surtout me faire plaisir. Je dois réaliser mes rêves, je ne veux plus juste les imaginer !

Merci à vous tous de me lire et de me soutenir ainsi.

À très bientôt sur Fauteuil Roulant vs Paire de Running.com

Blandine Ébène.

2 Replies to “Février… Les foulées de Vincennes.”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s